Photographie

Pas de Flash S’il vous plaît!

Jean Baudrillard disait des photographes qu’ils étaient « des écrivains de lumière ». Le travail du photographe ne consiste pas seulement à raconter visuellement une histoire. Il s’agit avant tout d’inscrire sa démarche le plus sincèrement possible, dans un univers et de pouvoir révéler ses sujets grâce à la lumière.

Pas de flash s'il vous plaît! © Ishola Akpo, Impression pigmentaire sur papier coton baryté contrecollé sur aluminium

GISCARD BOUCHOTTE

COMMISSAIRE INDEPENDANT

Jean Baudrillard disait des photographes qu’ils étaient « des écrivains de lumière ». Le travail du photographe ne consiste pas seulement à raconter visuellement une histoire. Il s’agit avant tout d’inscrire sa démarche le plus sincèrement possible, dans un univers et de pouvoir révéler ses sujets grâce à la lumière.

Cette série photographique – images recomposées manuellement, corps livrés entre ténèbres et clair-obscur – donne à voir un rituel intime où le photographe se met en scène. Derrière cette injonction anodine (Pas de flash s’il vous plait !), il y a une réflexion sur le corps, matière sujet à décomposition et la lumière comme moyen d’expérimentation. Un passage obligé pour le photographe, comme une initiation qui renvoie à des questions plus universelles.

L’univers dans lequel nous sommes plongés ici rappelle celui d’une fouille archéologique intérieure. Le photographe nous contraint à plonger avec lui, sans savoir ce qui remontera à la surface. Nous fixons des vertiges. A tenter de capturer le sens du voyage. Au risque de prendre les formes d’une autre réalité pour la sienne, il nous demande de voir avec les émotions. L’essentiel est invisible pour les yeux.

Il n’y a pas d’horizon. Tout est ligne de fuite. Chaque pose nous entraîne vers d’autres mondes que ceux qu’elles promettaient au prime abord. Il n’y a pas de pourquoi. Puisque de toute façon, ni l’ombre ni la lumière n’est rédemption.